AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM OUVERT
n'hésitez pas à incarner un membre des familles jouables !

Partagez | 
 

 castiel ♘ the moment to live

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
district 13 ❖ nuclear
➸ MESSAGES : 57
➸ LOCALISATION : dans le treize, six pieds sous terre.ancien habitant du deux.
➸ EMPLOI : soldat résistant, en entrainement dans le treize.
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: castiel ♘ the moment to live   Ven 7 Déc - 18:12



CASTIEL ROWLE
the moment to fight.
DIX NEUF ANS - DISTRICT TREIZE - ANTI-CAPITOLE

Le Capitole veut tout savoir de vous. Ainsi, il vous est demandé de remplir soigneusement ce petit questionnaire afin de clairement pouvoir avoir un aperçu de vos opinions politiques concernant Panem. Attention, certaines questions sont réservées à certains groupes. Si vous n'en faites pas partie, ne répondez pas.
Que penses-tu de l'annonce des Hunger Games et de l'arrivée de la première édition ➸ On peut dire que j'ai été chanceux. D'une manière ironique, j'ai participé aux Jours Sombres du côté rebelle, mais mon âge m'empêchait d'être moissonné. Depuis, je vis dans le Treize, alors les Jeux ne me concernent plus, mais j'ai ce gout amer sur la langue, cette boule dans la gorge. Je n'ai toujours pas réalisé l'horreur de la chose, et je redoute le début de cette punition sévère et cruelle.
Avez-vous participé, de près ou de loin aux Jours Sombres et à des mouvements de révoltes ou au contraire, à la défense du Capitole ➸ De près. De très près. L'adrénaline pure, le sang qui battait contre ma tempe au moment où j'ai rejoins les résistants du Treize qui tentait de prendre le bâtiment qui faisait la fierté de mon ancien District. Tysson m'a filé une arme et nous étions partis.
J'étais la chair et le sang d'un pacificateur qui revendiquait le Capitole comme un exemple à suivre, et ce jour ci, je n'ai regretter aucun de mes actes, malgré les pertes, malgré le chagrin.
Vivez-vous dans la pauvreté ou, au contraire, noyé dans la richesse ➸ Si vous considérez la maison éloignée en ruine du Deux comme de la richesse, grand bien vous fasse. Ma mère n'a jamais eu de quoi nous offrir la belle enfance qu'ils ont ici, dans le Deux. Elle a mit au monde trois enfants, trois bâtards dans des conditions toutes les plus saugrenues que les autres. Les rumeurs fusent, nous sommes connus à notre manière et horriblement défavorisé. Astoria, ma chère mère, a toujours tout fait pour tenter de nous donner une vie meilleure, en vain, mais corps et âme, elle s'est toujours dévoué à ses enfants.
Ici, dans le treize, tout est mesuré. Nous ne vivons pas dans le manque, ni dans le luxe. Avec un lit, et trois repas par jour, je pars m'entrainer à tête reposer, sachant que Rose ne m'attendra pas, que Rose ne pleurera plus de froid et de famine.
Quelle profession exercez-vous ? Est-ce que vous arrivez à vous accommoder de celle-ci ou non ➸ Dans le District deux, je vendais quelques petites récoltes, des oeufs, je rendais service dans les petits quartiers de la ville. Je n'ai jamais eu de vocation, de passion là bas. Dans la base rebelle, je suis soldat, la vengeance dans les veines et dans la tête. J'essaie de grimper les échelons au plus vite, pour intégrer l'élite du district. Mais actuellement, nous nous entrainons sans relâche, je me forge un corps, des aptitudes, mais tout ça en discrétion, les dirigeants n'ont pas esquissé le moindre mouvement. Je suis dans l'espoir qu'il n'attendront pas le début des Hunger Games pour agir.
Comment percevez-vous le Capitole et la Présidente Héméra ➸ Deux figures pourries jusqu'à la moelle, l'une dirigeant l'autre. Avant les Jours Sombres, Panem était régi d'une main de fer qui s'abattait avec violence sur chacun d'entre nous. Je vivais dans la misère, avec ma famille, alors, quand je n'étais qu'un gamin, elle m'apparaissait comme un tyran, littéralement, en partie responsable de mon enfance qui laisse à désirer. Elle nous fait bien payer notre soulèvement, avec la cruauté et l'effroi qu'on attendait d'elle, impuissant.
Comment se passe votre vie quotidienne dans les souterrains du 13 ➸ Au début, c'était l'excitation qui régnait. La crainte chez les habitants natifs, l'ivresse chez eux, les habitants des districts réfugiés. J'ai passé un petit moment à l’hôpital, blessé par un éclat d'obus. Je resté silencieux pendant de longues semaines, n'adressant la parole qu'à ma petite soeur. Au moment de descendre me mélanger aux autres rebelles, je me suis longuement confiné dans notre baraquement. Je n'ai plus bougé, revoyant sans scène la mort de mon frère dès que je fermais les yeux. J'ai subi le régime de rationnement sans bronché. La vie dans ces tunnels, c'est une routine sans fin. Les programmes de nos journées sont tatoués à l'encre délébile sur nos bras et nous devons les respecter sans fautes. Rose va à l'école, tandis que je déambulais dans les couloirs, n'ayant ni la force, ni la raison d'aider quiconque dans quoi que ce soit. Nous nous retrouvions le midi, puis le soir dans notre baraquement. Au fur et à mesure, j'ai repris peu à peu un cours normal de la vie qui nous avait été forcé de vivre. Je me suis volontairement enrôlé au près des soldats du Treize, porté par mon amour pour mon frère et ma mère, brûlant d'envie de les venger et d'honorer leur mort. En somme, notre nouvelle vie est précaire, mais assurée, nous sommes en vie.
Pour terminer, avez-vous un secret sur vous à nous révéler ? Disposez-vous d'une aptitude secrète qui vous aide dans votre quotidien ? ➸ Mon bien le plus précieux, hormis ma tendre petite sœur, à toujours été un couteau très maniable, affublé d'un manche de bois foncé. Habitué à tout partager avec Tysson et les membres de ma famille, j'ai toujours considéré ce couteau comme un trésor. Pour l'avoir tant utilisé, et vivant dans le District Deux, j'ai bien vite appris à m'en servir, à le lancer, puis le lancer avec précision, quasi parfaite. Au grand étonnement, c'est en fuyant un groupe de gamins à l'école, qui en voulait à ma tête, mon statut de bâtard, ma pauvreté, que j'ai découvert que la course n'était qu'une formalité pour les longues jambes. Je les ai distancé en quelques secondes, un sourire mesquin au lèvres, faute de pouvoir grimper correctement aux arbres. (lancé de couteaux, précision, course rapide)
Castiel n'est pas un quelconque habitant du District Deux. Du moins, il ne l'était pas. La richesse, les aptitudes à se battre et s'entrainer avec son père dans la Noix pour acquérir une force, tout cela il ne l'a jamais connu. C'est ce qui fait de Castiel un garçon terriblement solitaire et indépendant. Plus tôt, quand il n'était encore qu'un gamin, le petit Howle a toujours relevé le moindre défi qu'on lui balançait. Pour prouver qu'il n'était pas un moins que rien, il faisait rire les gens, il se mettait en danger. Il se laissait faire par les autres enfants, il se laissait insulter, se laissait frapper. Puis en grandissant, avec son frère pour lui servir de plus beau modèle, et sa sœur qu'il devait protéger, il a apprit à répondre aux coups, ne plus se laisser écraser par le poids de ses origines. Toujours aussi calme et discret, il ne se laisse plus abattre par les habitants du District. Ce visage constamment baissé vers ce qu'il est en train de faire, une certaine sagesse bien vite tâchée par ses pitreries pour amuser la galerie, et son impulsivité qui le fait partir au quart de tour.
Sa petite chambre confinée, dans la maison familiale des Howle, il n'y avait rien. Un lit, un sac, des rangers -dont il prenait autant soin que de son couteau-, une flopée de vêtements. Il n'a jamais rien conservé de matériel. En face de son lit, le mur de bois est blindé d'entailles de couteau. De l'entrainement. Avant les Jours Sombres, Castiel avait cette petite habitude avec Arya de grimper dans les montagnes bordant le District, il a aussi prit cette habitude de la raccompagner jusque chez elle, lorsqu'il avait un peu de temps. Certes il ne le faisait pas souvent, mais il avait souvent l'impression qu'elle aimait qu'il le fasse.

Maintenant dans les souterrains étroits du Treize, Castiel n'est plus qu'une coque vide. Il se socialise toujours un minimum et fait ce qu'on lui demande, mais la mort de la moitié de sa famille l'a profondément atteint. Il prend soin de Rose comme de la prunelle de ses yeux, et s'entrainer devient une nécessité. Il doit être prêt pour le moment où le District Treize répliquera sur le Capitole pour toutes les horreurs qu'il aura fait subir aux habitants de Panem.

who are you, behind your screen?
Bonsoir les loups. I love you Bon tout d'abord, vous pouvez m'appeler Hoon, ou tout simplement Castiel pour faire simple. J'ai 18 ans et je suis en première année de licence informatique. Je vis dans le sud de la France. J'ai effectivement lu la trilogie The Hunger Games (et adoré) et vu le premier film (et adoré). Je suis une amoureuse des loups, de livres, de mps, de fangirling.
J'ai décidé d'incarner Daniel Sharman du District Treize.




Dernière édition par Castiel Rowle le Sam 8 Déc - 15:48, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 13 ❖ nuclear
➸ MESSAGES : 57
➸ LOCALISATION : dans le treize, six pieds sous terre.ancien habitant du deux.
➸ EMPLOI : soldat résistant, en entrainement dans le treize.
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Ven 7 Déc - 18:13



I'M A LIONHEART

Le garçon frêle pinça les lèvres en secouant la tête pour se donner du courage. Il ne pouvait plus reculer. Il n'avait jamais reculé devant un de leur défi, et cela ne commencerait pas aujourd'hui. Certes, il n'avait jamais été bon dans l'art de grimper au arbres, et il le savait, mais sa fierté le menait souvent dans des situations délicates. D'un haussement d'épaule, il se campa sur ses deux pieds et remonta ses manches de ses bras pour plus de facilité. Au moment d'attraper la branche à sa droite, une petite main, douce, se posa sur son bras. Il baissa les yeux et les plongea dans ceux de la blonde qui lui déconseillait de braver les dires des autres enfants. « Ne fais pas ça. Tu vas te blesser. » Elle le regardait d'un air triste, et Castiel lui, lançait des coups d’œils vers les autres gamins, ils attendaient. « Non. Je suis aussi fort que toi ! Tu crois que c'est parce que je suis pauvre ? Pousse-toi ! » Il se dégagea d'un geste plus brusque qu'il ne l'aurait voulu et commença son ascension vers les branches les plus hautes de l'arbre. Après à peine quelques secondes, les appuis devenaient de plus en plus fin, et le gamin de plus en plus essoufflé. Distrait, il posa son pied sur une branche quelconque, mais ses yeux étaient plongé vers le bas, il voyait de son petit perchoir les deux petites couettes blondes qu'arborait la seule qui avait tenté de le protéger. Pour la première fois, l'un des enfants du District avait exprimé autre chose que le ma moquerie où de la haine envers lui. Lui, le fils bâtard d'un pacificateur et d'une mère indigne à la société d'une région si prestigieuse au Capitole. En posant son poids sur son pied droit, tout se déroula très vite, un craquement sonore, et la totalité de son corps partit vers l'arrière. Castiel rencontra bien vite la dureté du sol, le souffle coupé. Il se remit sur ses pieds bien vite, irrité par les rires résonnant dans ses oreilles bourdonnantes, accroupi, il tenait son bras dans sa main valide, une douleur vive lui cassant le poignet. « Une entorse, ce n'est rien. Tu vois, je te l'avais dis. » Elle se releva, et il suit son mouvement des yeux. Les autres enfants risibles restaient autour d'eux, leur rires continuaient de faire bourdonner les oreilles du brun. « Vous allez cesser de rire ? Vous n'avez rien de mieux à faire, bande de crétins ! » Il reporta son regard sur la blonde, détaillant son visage enfantin. « Comment t'appelles-tu ? » Les enfants autour de dispersaient alors qu'elle s'avançait un peu plus vers l'école. « Arya. Arya Hawkins. Viens, allons voir la maîtresse. » Il acquiesça, son regard braqué sur elle. « Moi, c'est Castiel. Castiel Rowle. Ma mère a raison... » Il haleta un moment en se remettant sur pieds, grimaçant au moindre pincement dans son bras. « Il faut toujours écouter une femme. » Elle l'interrogea du regard tandis qu'il lui poussait un sourire en coin, un sourire qui serait souvent et tout particulièrement réservé à Arya, dans le futur.

BITTERSWEET LOVE

Castiel s'était levé tôt ce matin. Il avait accompagné Rosie jusqu'à l'école, déposant un baiser sur son front avant qu'elle ne s'en aille. Sa mère aussi l'avait embrassé avant qu'elle ne parte pour le marché. Tysson lui, allait travailler en ville, faire des petits boulots, comme son petit frère. Excepté qu'aujourd'hui, le jeune homme s'occupait de la maison. Après avoir ranger les affaires en vrac de sa petite sœur, et passé un coup de balais rapide, il entreprit de déblayer l'entrée de leur maison. Malgré l'état délabré et précaire dont elle donnait l'impression, Astoria s'évertuait à garder la maison propre et chaleureuse, à leur manière ; de ce fait, son fils, Castiel, y mettait du sien lorsqu'il en avait le temps. Il dégageait les feuilles du petit chemin sinueux menant jusqu'à la porte. Il essuya la sueur qui perlait de son front d'un coup de manche, et attrapa le panier en osier près du petit poulailler. Ça n'était rien de grandiose, mais les œufs que les trois poules rapportaient était un certain trésor pour la vie de famille des Howle. Il collecta le maigre butin qu'elles avaient légué ce matin là avant de tourner les talons en soupirant. Son endurance n'avait rien de caractéristique. Il courrait vite, certes, mais sur de courtes distances ; comme de l'école jusque chez lui, rien de très grand. Il était déjà fatigué, la corps courbaturé par la courte nuit et la faim. Il n'avait rien avalé pour le midi et se priverait, comme toujours depuis qu'il n'allait plus à l'école. Devant lui, se dressait une silhouette qu'il connaissait bien, depuis près de cinq ans. La jeune Hawkins le regardait, souriant. Elle était bien habillée pour ce début d'hiver frais, alors que lui, n'arborait qu'une simple chemise, tombant sans cesse de ses épaules, dévoilant les bretelles de son débardeur encrassé par le temps. « Tu ne devrais pas t'entraîner avec ton père ? » Il sourit à son tour, changeant de main pour tenir le panier en s'approchant de la blonde. « Ce-matin. J'ai quartier libre là et je venais voir comment tu allais. » Son estomac se tordit légèrement, durant ses temps libres, la jeune fille venait le voir, lui, probablement le défavorisé le plus moqué du District. Il tendit la main pour lui indiquer la maison alors qu'il ouvrait la porte. Elle lui faisait dos quand il grimaça, comme il le faisait toujours quand la jolie jeune femme pénétrait dans sa maison. Elle n'avait rien à envier à Castiel, et il avait du mal à la laisser vaquer comme cela : il avait honte. Arya n'était pas comme les autres filles du District 2 de Panem. Alors qu'à leur douze ans, elle avait aidé Castiel, ce dernier étant bien campé sur ses positions à penser qu'elle en resterait là Elle retira ses chaussures, probablement à l'aise, et voulant faire bonne figure. Castiel garda les siennes par habitude, et nettoya ses mains rapidement sous le jet d'eau glacée. Sa peau devint rapidement rougeâtre à cause de la température. Il leva timidement les yeux vers Hawkins qui le regardait faire, il reconnaissait cet air concentré. Il haussa les sourcils, manière de lui demandé ce qu'elle avait en tête. « Tu serais partant pour une petite virée hors du district ? Enfin, dans les montagnes ? » lâcha-t-elle à toute vitesse. Il s'essuya les mains sur son pantalon et récupéra son couteau, le seul objet pour lequel on aurait pu dire de lui qu'il était matérialiste. « Oui. Mais pas plus de deux heures, je dois rentrer avant ma sœur, je dois faire à manger. » répondit-il en tournant les talons vers la porte en bois, laissant avec galanterie Arya passer devant lui. « Bien. Allons-y alors, par contre, pour la survie de ta sœur, évite de confondre à nouveau le sel et le sucre. » Il la poussa légèrement de l'épaule en passant devant elle, sans pouvoir s'empêcher de rire en éclat avec elle.



Ils avaient bien vite rejoins le sentier pour lequel ils s'étaient pris d'affection. Ils s'y rejoignaient, faisaient le chemin ensemble, c'était leur havre de paix. Castiel trainait ses vieilles rangers sur le gravier ; ses chaussures qui s'effilochaient considérablement avec le temps. Il ne prenait même plus la peine d'éviter qu’elles ne soient criblées de trous. Au bout du sentier, c'était une espèce de plaine, qui donnait une vue sur les montagnes bordant le District Deux. La vue était prenante pour les deux amis. Le brun posa ses yeux sur la blonde et sourit, pour de vrai. Ici il pouvait parler fort, rire à gorge déployée, il pouvait exister. Ca n'était pas si simple pour deux jeunes personnes comme eux, de se retrouver et de pouvoir pleinement apprécier la présence de l'autre, mais ils y étaient parvenu, cet endroit exilé en était la preuve, le refuge de leur amitié, pour les empêcher de s'oublier. Après un moment qui semblait passer bien plus vite que prévu, à balancer des roches dans le vide, faire les cents pas, discuter à n'en plus avoir de salive ou simplement se regarder en silence, émettant tout ce que l'on ne pouvait pas exprimer par se simple mots, Castiel se redressa, ne pouvant réprimer un soupir. « Allons-y. » La descente vers la maison de Howle se fit bien plus rapide qu'à l'aller. Durant la marche, ils restèrent silencieux, le jeune homme profitant de la fin de leur escapade la langue collé au palais, anxieux. Ils n'avaient l'occasion de souvent se retrouver tous les deux, ce qui rendaient leur rendez-vous encore plus précieux aux yeux d'Arya et Castiel. Il était sur le point d'ouvrir la porte lorsqu'il remarqua le morceau de parchemin abimé où Rose avait griffonné quelques mots maladroits. La blonde était resté en bas des marches qui n'y ressemblaient plus vraiment à vrai dire.« Ma sœur est avec mon frère, Ty' et j'ai la maison pour moi. » Il sourit, poussant la porte du pied et s'arrêta en plein mouvement. « Hawkins, tu traînes avec un bâtard maintenant ? Tu n'as pas honte !? » Son sang ne fit qu'un tour. Il serra les dents, bandant les muscles de sa mâchoire. Ses poings déjà contractés, il descendit les marches d'un air sévère et se contenait pour ne pas mourir se défouler sur les trois malins qui stagnaient devant sa maison. Une petite silhouette s'interposa, et c'est pour elle seule qu'il s'arrêta, à toute juste quelques centimètres d'Arya, les mains de cette dernière posées sur son torse. « Laisse. Ce sont des idiots. » Le jeune homme secoua la tête, et posa ses mains sur celles de son amie, en reculant d’un pas. Il s’évertua à regarder au-dessus d’elle, n’ayant aucun courage pour affronter son regard qui se voulait doux et pourtant, il était persuadé qu’il était emplit de pitié. « Ne les écoute pas. » Il lâcha ses mains et plongea ses yeux bleus, dans les siens, qui reflétaient la même couleur azure. « Ils ont raison ! Pourquoi tu restes avec moi ? Pourquoi ? Je ne suis qu'un bâtard ! Une honte à ce district, au Capitole que tu aimes tant ! Alors pourquoi ? » Il se mordit la lèvre en fermant les yeux un moment, dans l’espoir de se calmer, alors que toutes les raisons pour qu’Arya et lui cessent de se côtoyer lui sautaient aux yeux. Il se brisait tout seul, en se disant que la vie de la jeune fille serait bien moins sinueuse sans les scandales Howle pour la ternir un peu plus chaque jour. Il rouvrit les yeux et pivota sur lui-même, morose. « À plus tard, Arya. » « Non ! » Elle fut plus rapide que lui et encadra son visage entre ses mains frêles et agiles. Le cœur du brun palpita quand il sentit les lèvres de la blonde contre les siennes. Ce fut si bref, que lorsqu’il recroisa son regard, il se demanda s’il n’avait pas rêvé. Le bourdonnement dans ses oreilles était revenu, mais c’était son cœur qui battait contre ses tempes qui l’empêchait de se concentrer. Il plissa les paupières et sans attendre de signe, il attrapa à son tour le visage de Hawkins et scella leurs lèvres, avec détermination, vigueur. Il ne savait que penser, à part le fait que ses lèvres étaient incroyablement douces. Une drôle de sensation, de chaleur, prenait place dans son ventre, sa respiration se heurtait à celle d’Arya alors qu’il rompait leur contact. « Viens... », bafouilla-t-il. D’une main tremblante, bien malgré lui, il l’attira contre lui et grimpa les quelques marches qui les séparaient de sa demeure. Pour la première fois, il ne ressentait pas de honte. Il aimait Arya pour la chaleur qui émanait de lui lorsqu’elle l’approchait. Ce sentiment qui le transportait, et cette impression que rien n’était plus beau que ce moment précis : et c’était le cas, il n’avait jamais été aussi passionné. Il glissa ses longs doigts frêles sous le gilet chaud de la jeune fille et frissonna au contact de sa peau qu’il ressentait brûlante entre ses mains glacées. Il sourit dans leur baiser, se lovant contre le corps de son amie.

BLEEDING OUT FOR YOU

L’air poussiéreux était la seule chose sur laquelle Castiel pouvait se concentrer. Dehors, tout était en train de se dégrader. Il attendait Tysson après l’avoir croisé dans les rues. Son frère l’avait trouvé dans le marché alors qu’il venait récupérer Rose et aider sa mère à porter des courses. Le district treize s’était rebellé et un soulèvement se propageait dans les autres régions de Panem. L’ainé des Howle n’avait pas perdu de temps ; il avait fait promettre Castiel qu’il ramènerait saines et saufs leur mère et sœur jusque chez eux avant de le rejoindre. Pendant ce temps, lui allait chercher de quoi s’armer et agrandir les rangs des rebelles. La main de Rose blottit dans la sienne, le jeune homme marchait d’un pas rapide vers chez eux. Une fois à l’intérieur, il glisse à sa mère quelques mots sur la situation sans alarmer sa petite sœur. « Prépare quelques affaires, nous reviendrons vous chercher. » Sa mère étire ses lèvres en un sourire. Celui d’une mère fière de ses deux petits garçons. En trois grandes enjambées, il atteint sa chambre et vérifie que son couteau est toujours la contre la ceinture de son pantalon. Il enfile une peau de mouton sur sa chemise. Puis il se met à genoux et soulève une plaque de bois grâce à la lame de son arme blanche. Là, il récupère un collier appartenant à sa mère. Durant leur enfance, les deux garçons Howle s’était souvent disputé le trésor, mais mature beaucoup plus tôt que Castiel, Tysson lui avait légué, persuadé qu’il en prendrait plus soin que lui. Le jeune homme se releva, passant la chaine autour de son cou. C’était un long collier de métal, avec une sculpture du même matériau de pendentif. Il prenait la forme d’une tige de lierre s’enroulant autour de deux mains jointes. D’une valeur moindre aux yeux de quiconque ne faisait pas partie de leur famille, Castiel avait toujours été fasciné par le pendentif et l’origine du collier. Astoria ne leur avait jamais dit la vérité, inventant une histoire plus farfelue que la dernière à chaque fois qu’ils posaient la question, cela amusait beaucoup le garçon quand il était plus jeune. Il se retourna la respiration saccadée à l’idée de quitter définitivement cette maison et vivre dans un endroit meilleur avec sa famille. Il retourna sur ses pas, rejoignant vite le petit salon collé à la cuisine. En jetant un coup d’œil dehors il crut rêver lorsque la chevelure blonde d’Arya attira son œil. Pourquoi venait-elle ? Bien sûr, il était heureux qu’elle vienne, mais il devait repartir au plus vite. Il se tourna vers sa mère, grimaçant malgré lui. Elle l’embrassa sur la joue et passa ses bras autour du cou de son fils pour y déposer une écharpe de laine qui manquait beaucoup d’allure. Il sourit et fit un signe de main à la petite tête brune attablée dans la cuisine. Il sortit de la maison, ses bottes faisant déjà des traces atypiques dans la neige qui tenait sur le sol. La verdure avait totalement disparu, le paysage était blanc, parsemé de gris, des nuages de fumées, et les cris d’alertes, ce sentiment de panique qui s’était instauré. « Castiel ? Où vas-tu ? » Elle avait bien vite atteint l’allée qui donnait sur la demeure. Il secoua la tête, dévalant les marches du porche. « Je vais essayer de rejoindre le treize pour participer à la révolte. Il est temps que le Capitole tombe. » Il était en train de nouer son écharpe autour de son cou. Il ne pouvait pas lui mentir, par à Arya. Enfin, presque. Il mentirait pour la préserver, pour qu’elle le laisse partir, et pour qu’il soit le seul à la regretter. « Ne fais pas ça, je t'en pris. Pense à ta soeur... Ton frère, ta mère, ta famille ! Pense à moi... » La main de la jeune glissa glissa sur la chemise de Castiel. Il se mordit la lèvre et l’attrapa pour qu’elle retombe contre ses flancs. C’était ce genre de contact, cette tacticité qu’elle entreprenait avec lui qui aurait pu le faire craquer. Il aurait fuit le District avec elle si il était persuadé que sa famille allait ressortir plus forte que jamais de cette révolte. « Non. Tysson me rejoint aussi. Nous allons vaincre. Arya, c'est le moment de se battre ! » murmura-t-il avec une peine difficilement dissimulée. « Et puis ma mère et Rose sont en sécurité. » Il baissa les yeux, incapable de supporter d’avantage l’expression de son amante, de celle qu’il aimait. Il l’éloigna de quelques pas, hésitant jusqu’à la dernière minute. « Ca n'aboutira pas ! Tu parles comme mon frère ! » Il se retourna, trouvant enfin la force de la laisser dès qu’ils en auraient fini. Elle ne comprenait pas la douleur perpétuelle qu’il ressentait en vivant dans un endroit pareil. Certes, les liens qu’il entretenait avec sa sœur, son frère et sa mère était pour le moins forts, mais voir Astoria maigrir à vue d’œil, et Rose qui se cachait lorsqu’elle rentrait de l’école pour ne pas qu’elle soit traitée de la même manière que ses deux frères, voire pire, Castiel n’en pouvait plus. Il fronça les sourcils, la neige brouillait sa vue et se déposait en abondance sur son crâne. [color=brown]« Si on n’essaie pas, on ne saura jamais. » Il se tût un moment avant de reprendre. « Je suis prêt à me battre pour ma liberté Arya. » Il se serait battu pour elle. Si elle l’avait accompagné, si elle lui avait proposé de quitter le District Deux, et cette vie de misère qu’il menait. Le jeune homme se considérait maître de son destin. Il avait une vue idyllique de ce treizième District qui s’était rebellé en premier, et avait bien l’intention de joindre leur rangs, accompagné des trois membres de sa famille. « Reste avec moi ! » Il déglutit, sentant que sa voix se voulait de plus en plus fébrile et tremblante. « Arya... Nos routes se croisent, mais jamais ne prennent le même chemin ensemble. » Il tourna les talons, qui grincèrent dans la neige et enjamba la barrière avec hâte. S’il posait les yeux sur la blonde à nouveau, il n’était pas sûr d’avoir la force de la quitté cette fois ci. Son cœur battait à nouveau la chamade, et des larmes clandestines s’écoulèrent du coin de ses paupières. Je t’aime.

SIX FEET UNDER


Castiel sombrait tout juste dans le sommeil lorsque Rose le secoua d’une main timide. Il cligna des yeux, parfaitement éveillé. « Je te réveille ? » La voix de sa petite sœur tremblait tout autant que son corps frêle. Le brun secoua la tête et ouvrit sa couverture pour qu’elle s’y faufile. Elle se blottit contre son torse et par un moment de faiblesse, elle laissa échapper un sanglot. La gorge serrée, Castiel attrapa la chaine qui reposait contre sa peau, derrière son t-shirt de couleur gris, morne. Il glissa le pendentif entre les mains de sa petite sœur qui y déposa un baiser. Elle avait pris l’habitude de le faire dès que son grand frère lui confiait le collier. Le dernier souvenir que les deux enfants Howle avaient de leur mère.
Aux premières lueurs du jour (ou plutôt les premiers bruits dans le couloir), Castiel s’extirpa de son lit, laissant Rose se reposer. Il fallait bien que l’un des deux prenne du repos après tout. Il s’habilla, enfin, il changeait de vêtements, car son pyjama et ses vêtements d’usage était relativement les mêmes. Il se débarbouilla le visage, l’eau froide était revigorante. Il passa son bras dans l’ouverture près de la porte et en quelques secondes, un nouveau programme et tatoué sur son bras. 7h – Petit déjeuner, 7h30 – Rendez-vous médical, 8h30 – Entrainement Il grimaça en ouvrant la porte. Ces rendez-vous médicaux étaient une manière de plus de montrer à Rose que son frère n’allait pas bien. Que le seul frère qu’il lui restait ne pouvait pas vraiment s’occuper d’elle. À ces pensées, son poing devint blanc tant il se serrait. Dans la cafétéria, il n’y avait presque personne. La plupart des petits déjeuners se prenaient à huit heures, mais l’emploi du temps chargé du jeune homme le faisait se lever plus tôt et finir d’autant plus tard. Devant son plateau repas peu ragoutant il touillait sa cuillère dans l’espèce de bouillie dans vraiment de de goût. Mais il ne s’en plaignait pas, le soir en se couchant, il ne gigotait plus dans son lit, tordu de douleur par la faim. Le temps passait beaucoup trop vite, et il du tout engloutir d’un coup sans laisser une seule miette avant de partir au petit trot en direction de l’hôpital, quelques étages au-dessous.
« Bonjour Castiel. » Il ne répondit pas, le regard fixé sur ses mains, elles même posées sur ses genoux. Les dernières séances se déroulaient toujours de la même manière, le docteur posait quelques questions répétitives au jeune homme. Quelques fois il répondait. Il n’éprouvait plus le besoin de mentir au spécialiste qui le suivait depuis qu’il était descendu dans les tunnels du Treize. Depuis que, dans le Deux, tout était devenu hors de contrôle pour les rebelles. Castiel ferma les yeux, prit de vertiges. Il revoyait son frère lui coller le flingue dans les mains, puis deux heures plus tard, les obus ont commencé à tomber de toutes parts, détruisant tout sur leur passage. Une succession d’images le font se pencher en avant, la tête sur ses genoux. Il revoyait parfaitement le dernier sourire de Tysson avait qu’il ne disparaisse dans un immeuble et que ce même bâtiment soit explosé par une flopée d’hovercraft. Il imaginait sa maison, totalement effondrée, comme Rose lui avait raconté à l’hôpital. Quelques minutes plus tard, le docteur Anderson lui tend un verre dos en lui frottant le dos. Ces crises de paniques survenaient souvent pendant leurs séances hebdomadaires. Lorsqu’il évoquait des souvenirs Castiel ne faisait pas long feu avant de sombrer dans les décombres de son passé.
« Comment se porte votre cicatrice ? » Le vieil homme lui adressa un sourire qui se voulait chaleureux. Avec un soupir, le jeune homme souleva son t-shirt, qui dévoila une horrible marque mélangeant rouge, beige, blanc. Une cicatrice grossière et vile qui ornait la peau immaculée du garçon. L’impact d’obus qui avait tranché son flanc n’était pas reparti sans laisser de marque. « Et bien il semble qu’il vous restera quelques séquelles de l’hospitalisation d’urgence. » Il lança un regard froid à l’homme qui se rassit à son bureau. « Vous ne voulez toujours pas me parler d’elle ? » Cette fois si le poing de Castiel s’abattit sur le bois du bureau, le verre tombant à la renverse et se brisant en mille morceaux éparpillés sur le sol. Le brun ferma les yeux un moment pour se calmer. Le prénom d’Arya avait été la seule chose qu’il avait prononcée durant toute son hospitalisation. Et maintenant il payait le prix fort de cette lubie. Ce rappel constant de l’amour qu’il avait perdu dans le deux après avoir été transporté dans le District rebelle. De sa famille, ses raisons de vivres. Il se leva, fulminant intérieurement et claqua la porte derrière lui lorsqu’il partit s’entrainer, avec la rage de vaincre le capitole coulant dans ses veines, faisant palpiter son cœur.







Dernière édition par Castiel Rowle le Mer 12 Déc - 22:50, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 11 ❖ agriculture
➸ MESSAGES : 519
➸ LOCALISATION : △ eleven, bitches.
➸ EMPLOI : △ fils de maire et prof.
➸ ICI DEPUIS : 29/11/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Ven 7 Déc - 18:30

Salut toi

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 2 ❖ masonry
➸ MESSAGES : 102
➸ LOCALISATION : certainement près de la Noix.
➸ EMPLOI : sans emploi, entraînée en vu des jeux.
➸ ICI DEPUIS : 02/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Ven 7 Déc - 19:01

CEY MON CHEWIIIIII
Comme j'ai hâte de lire ta fiche et je réserve déjà un rp avec toi ! tu peux pas dire non, sinon, je te mange le zizi affraid

• • • • • • • • • • • • • • • • •


COME AWAY TO THE SLAUHTER
We are calling to you. Come away little lamb come away to the water, Give yourself so we may live anew. Come away little lamb come away to the slaughter, To the ones appointed to see this through. We are coming for you. C'est le premier vrai baiser que nous échangeons. C'est le premier vrai baiser qui me donne envie d'un autre. ARYA&CASTIEL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 13 ❖ nuclear
➸ MESSAGES : 57
➸ LOCALISATION : dans le treize, six pieds sous terre.ancien habitant du deux.
➸ EMPLOI : soldat résistant, en entrainement dans le treize.
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Ven 7 Déc - 19:24

BONJOUR VOUS QUE J'AIME.
Si je dis oui, tu me manges quand même le zizi ?
OF COURSE que je te réserve un rp. Le plus beau des rp même. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 1 ❖ luxury
➸ MESSAGES : 291
➸ LOCALISATION : UN.
➸ EMPLOI : carrière
➸ ICI DEPUIS : 29/11/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Ven 7 Déc - 21:38

J'ai hâte de lire ta fiche, ce perso vend du rêve
Bienvenue !

• • • • • • • • • • • • • • • • •

WELCOME TO THE NEW AGE, I'M RADIOACTIVE.

LUNDI SOIR + MERCREDI SOIR = PRESENCE REDUITE (EXAMENS).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 13 ❖ nuclear
➸ MESSAGES : 57
➸ LOCALISATION : dans le treize, six pieds sous terre.ancien habitant du deux.
➸ EMPLOI : soldat résistant, en entrainement dans le treize.
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Ven 7 Déc - 22:04

Merciii.
Ta signa jude, jô meurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 4 ❖ fishing
➸ MESSAGES : 150
➸ LOCALISATION : entrain de surveiller les révoltes dans le quatre
➸ EMPLOI : pacificateur gradé sergent
➸ ICI DEPUIS : 30/09/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Dim 9 Déc - 11:45

TA SIGNATURE
Vivement la suite de ta fiche, chéwi

• • • • • • • • • • • • • • • • •


IT'S A BRAVE NEW WORLD ❖
a warning to the people, the good and the evil, this is war, to the soldier, the civillian, the martyr, the victim. it's the moment of truth and the moment to lie, the moment to live and the moment to die, the moment to fight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://catchingfire.forumgratuit.fr
avatar
district 11 ❖ agriculture
➸ MESSAGES : 469
➸ LOCALISATION : + district onze.
➸ EMPLOI : + employé de bureau pour son père
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Dim 9 Déc - 12:02

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche qui s'annonce superbe '-'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 13 ❖ nuclear
➸ MESSAGES : 57
➸ LOCALISATION : dans le treize, six pieds sous terre.ancien habitant du deux.
➸ EMPLOI : soldat résistant, en entrainement dans le treize.
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Dim 9 Déc - 15:54

T'es belle en Mason tu sais.
Merciiii Andrew.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 4 ❖ fishing
➸ MESSAGES : 45
➸ LOCALISATION : district quatre.
➸ EMPLOI : chasseuse pour particuliers.
➸ ICI DEPUIS : 30/09/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Dim 9 Déc - 22:36

DANIEL Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fichette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 13 ❖ nuclear
➸ MESSAGES : 57
➸ LOCALISATION : dans le treize, six pieds sous terre.ancien habitant du deux.
➸ EMPLOI : soldat résistant, en entrainement dans le treize.
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Lun 10 Déc - 22:38

Merci beautyyy.
Normalement je finis ma fiche demain soir. J'avais quelques projets à rendre pour aujourd'hui et demain, mais tout est fait, alors je me motive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 2 ❖ masonry
➸ MESSAGES : 58
➸ LOCALISATION : district n2
➸ EMPLOI : étudiante, carrière
➸ ICI DEPUIS : 07/12/2012

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Mar 11 Déc - 20:17

très bon choix
bienvenue chez nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
district 1 ❖ luxury
➸ MESSAGES : 291
➸ LOCALISATION : UN.
➸ EMPLOI : carrière
➸ ICI DEPUIS : 29/11/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   Jeu 13 Déc - 19:26





bienvenue, citoyen de Panem !
Mes félicitations, jeune padawan membre, te voici devenu officiellement un citoyen de Panem. Tu peux désormais parcourir l'intégralité du forum et y poster, mais pas que ! Tu as des responsabilités, avant de t'engager pleinement dans la sauvegarde du Capitole, ou la guerre pour la liberté. Tout d'abord, il est indispensable de venir te faire recenser au registre de la population de Panem afin de savoir qui peuple la cité de Panem ! Ensuite, si tu es un Pacificateur, il est important de venir te recenser aussi dans ce registre. A contrario, si tu es l'un des douze maires des districts, nous t'invitons à te recenser dans ce registre qui est important. Si tu as déjà perdu des proches lors des Hunger Games ou que tu es un des vainqueurs (félicitations !), alors viens jeter un coup d'oeil dans ce topic. Si tu es âgé(e) entre 12 et 18 ans, tu es un potentiel tribut et tu dois déposer ton nom dans ce sujet qui est important ! En revanche, si tu fais partie d'une équipe déléguée aux Hunger Games et à un district, c'est par ici que ça se passe ! Maintenant, d'un point de vue général, tu dois obligatoirement faire recenser ta célébrité rapidement, pour qu'elle soit affichée dans le bottin. Viens donc dans ce sujet pour être ajouté au bottin. Tu peux aussi, si tu le souhaites, t'ouvrir un topic pour recenser tes liens et l'ensemble de tes rps. C'est dans ce coin là ! Si tu as besoin d'un lien précis, nous t'invitons à faire une recherche de lien précis ou alors, en dernière solution et seulement si c'est important, à créer un scénario, en suivant le mode d'emploi. Voilà, c'est tout ! A partir de là, tu es libre de rp, de participer aux topics communs que nous allons mettre en place, d'aller sur la chatbox et le flood bien entendu. N'hésites pas à mp un membre du staff si tu as la moindre question, car nous sommes toujours à l'écoute ! ENJOY, HAVE FUN !

et le petit bisou de Zêta
Pour terminer, Zêta va te dire quelques mots sur ta fiche, mon coco ! Alors, ce qu'on peut dire, c'est que ce personnage est très bien et que Marine approuve ta fiche, du coup je te valide puisqu'elle ne sait pas le faire elle-même pour le moment Smile




• • • • • • • • • • • • • • • • •

WELCOME TO THE NEW AGE, I'M RADIOACTIVE.

LUNDI SOIR + MERCREDI SOIR = PRESENCE REDUITE (EXAMENS).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: castiel ♘ the moment to live   

Revenir en haut Aller en bas
 

castiel ♘ the moment to live

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Doux moment...
» Ma tite collection (pour le moment les vernis, maj bientot) Edit : réf
» Live chat MAC
» LIVE CHAT sur le site de MAC le 11 mai de 16h à 20h
» DEVINE CE QUE FAIT TA FEMME EN CE MOMENT ..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
catching fire :: 
le peuple de panem
 :: votre identité :: bienvenue à panem
-